Chercher du contenu et filtrer

La fièvre du football

«Le FC Sion fait partie de notre ADN»

Texte: Kristina Morf / Photos: mises à disposition /

Plus de 10 tonnes de choucroute le soir du gala, un taux de réussite de 100% en finales de coupes et 41 changements d'entraîneur ces 15 dernières années: le FC Sion est un habitué des superlatifs. L’entretien avec l’ancien joueur Christophe Bonvin et d’autres spécialistes du FC Sion vous fera découvrir ce qui se cache derrière ce mythe footballistique.

Il y a toujours un club de foot suisse qui arrive à attirer toute l'attention sur lui, même celle de ceux qui ne sont pas des fans de foot. Que ce soit l’euphorie débridée des fans du FC Sion, les épisodes épiques autour du propriétaire du club Christian Constantin ou les exploits sportifs – le club valaisan fascine. Mais comment le simple FC Sion est-il devenu un club de football mythique?
 
Le mieux, c'est de poser cette question aux personnes qui sont liées depuis de nombreuses années au FC Sion et qui connaissent le club de l’intérieur. Christophe Bonvin est l’une de ces personnes: né à Sion où il a également grandi, il a disputé pendant 10 saisons pas moins de 150 matches en tant que Sédunois et marqué plus de 60 buts pour son équipe. Et bien qu’il ait raccroché les crampons il y a bientôt 20 ans, il reste toujours lié au FC Sion et aime retrouver ses anciens coéquipiers. C’est ainsi qu'il a organisé en mai 2015, peu avant la 13e finale de la coupe (et victoire), une rencontre des anciens joueurs du FC Sion dans son vignoble.

Ancien joueur du FC Sion et propriétaire d'un domaine viticole, C. Bonvin passe beaucoup de temps dans la nature.

FC Sion – L’attraction
Christophe Bonvin est arrivé au football grâce à un adversaire sportif:  lors d’un match au stade de Tourbillon, il a vu René Botteron, à l’époque joueur au FCZ, et a été tellement fasciné par son jeu élégant qu’il a voulu devenir footballeur, lui aussi. Mais ça a toujours été le FC Sion qui l’attirait particulièrement, tout comme les autres jeunes Valaisans. L'appel du club de foot sédunois a été tellement fort que Christophe Bonvin, qui pratiquait alors parallèlement l’athlétisme et le football, a décidé de renoncer à la première discipline et de se consacrer entièrement au football.

Les fans accompagnent le FC Sion également dans les matchs à l’extérieur et font partie intégrante de son succès.

Aujourd'hui, le FC Sion n’a rien perdu de son importance et de son attrait, comme le souligne Jean-Jacques Rudaz, vice-président de l'Association Suisse des Journalistes Sportifs. Ancien joueur et entraîneur du FC Sion et speaker au stade de Tourbillon, J.-J. Rudaz partage une longue histoire avec le club de football. Il a commencé l’entraînement au FC Sion à l'âge de huit ans. «C’était à l'époque LE sport pour les jeunes. Et le déclencheur a clairement été le succès de la première équipe.»  Il est convaincu que le FC Sion fédère l'ensemble du canton, de Gletsch à l’est à Saint-Gingolphe, à la frontière française.

Christian Constantin (au centre) est le président du FC Sion depuis 2003 et l’était déjà de 1992 à 1997.

Les fans font partie de l’équipe
La notoriété du club est inchangée, c'est un fait. Et bien qu’il y ait de plus en plus de joueurs sédunois qui ont passé leur enfance loin de Sion, l'équipe est considérée comme une partie essentielle du Valais et jouit d'une grande estime. Christophe Bonvin le ressent aujourd’hui encore, à peine 20 ans après sa carrière active: lorsqu'il entre dans un bistrot, il est toujours reconnu comme ancien joueur du FC Sion, salué avec enthousiasme, et interrogé sur des thèmes footballistiques. «On sent qu'il règne ici une grande ferveur en faveur du football. Je crois que le FC Sion fait partie de notre ADN.»

La fête se déroule toujours sur la Place de la Planta à Sion, comme le 17 avril 2006, après la 10e victoire de coupe.

La culture des fans est de toute façon particulière en Valais. Quelle autre ville organise une soirée de gala avec plus de 6 700 invités, qui engloutissent 10 tonnes de choucroute garnie pour soutenir leur club de foot? Pour Christian Constantin, le club s'y retrouve: chaque année, le gala du FC Sion est un grand succès, surtout sur le plan financier. Selon la NZZ, le bénéfice net en 2015 était de plus de 1 million de francs suisse. Psychologiquement aussi, les fans contribuent beaucoup à la force du FC Sion, grâce à leur fidélité et leur forte présence aux matches à l'extérieur: «On arrive ainsi avec une mentalité de vainqueur», explique C. Bonvin.
 
En Valais, on est très tôt gagné par cette volonté de vaincre. Pour les fans comme Stéphane Jost (25 ans) ou Rosy Produit (64 ans), la passion du football a commencé très jeune. Même si les premiers souvenirs de Rosy du FC Sion commencent à être flous, les victoires en coupe du club restent inoubliables. «Je n'ai manqué que deux des 13 finales, j'étais présente dans le stade à toutes les autres.» Les victoires nationales de l'équipe valaisanne évincent même dans le cœur des fans les grands moments des Coupes d'Europe à Marseille, Nantes, Porto et Liverpool.
 
Victoires en coupe légendaires – fêtes légendaires
Stéphane Jost partage cet avis, surtout en ce qui concerne la 13e victoire en coupe, car les 13 victoires correspondent à présent aux 13 étoiles du drapeau valaisan. «Et la légende continue de vivre!» Il va de soi que les victoires soient ensuite fêtées en grandes pompes. Juchée sur un véhicule, l'équipe remonte la rue de la Gare à Sion, jusqu'à la Place de la Planta, où a lieu une fête réunissant quelque 20 000 personnes. «On pourrait croire que nous avions gagné la coupe du monde», déclare S. Jost.

Le journaliste sportif Jean-Jacques Rudaz connaît le FC Sion aussi en tant que joueur, entraîneur et présentateur.

Si on demande à Christophe Bonvin ou à Jean-Jacques Rudaz quels sont leurs meilleurs souvenirs avec le FC Sion, ils répondent la même chose: «Il y en a bien de trop pour en choisir un seul.» C. Bonvin se souvient plus particulièrement des matches internationaux, comme la victoire contre l’Atleticó de Madrid en 1984 en Espagne ou son but en 1996 à Liverpool contre son équipe préférée. Tous comme pour les fans, les 12 finales de coupes qu’il a pu accompagner en tant que journaliste sportif et speaker restent pour Jean-Jacques Rudaz ses moments phare avec le FC Sion.
 
Les Valaisans invaincus
La série de succès incroyable dans les finales de coupes est pour ce dernier l’une des principales raisons de la notoriété légendaire du FC Sion. Christophe Bonvin, lui-même quadruple vainqueur de coupe, a sa théorie pour expliquer la série incroyable des 13 victoires en 13 finales: après la 6e victoire, cette série est devenue un fait établi et il était impensable pour les joueurs de rompre cette chaîne de succès. Sur le plan sportif, il n'existe bien entendu aucune raison à cette supériorité persistante dans les finales, mais le nombre de victoires était tellement impressionnant qu’il a décontenancé des adversaires aussi forts que le FC Bâle.
 
Jean-Jacques Rudaz explique le succès par la nature profonde des Valaisans: «Je compare quelquefois cela au combat des reines, car comme au football, c'est le caractère valaisan qui s’exprime ici.» Ce caractère que l’on peut résumer en trois mots: ne jamais renoncer.
 
Vous voulez assister en direct à un match du FC Sion?
Sur le site du FC Sion, vous trouverez les informations sur tous les matchs de la saison disputés par le club et vous pourrez aussi y télécharger le planning des matches. Les billets peuvent être commandés sur Ticketcorner (www.ticketcorner.ch/fc_sion) – tranquillement, sans attendre ou faire la queue. Voulez-vous encore vous équiper d’un maillot du FC Sion ou d’accessoires avant le match? Sur www.fcsionstore.ch, vous trouverez tout ce dont les fans ont besoin, de l’écharpe à l'ouvre-bouteille.

Catégorie:

loisirs, sport

CONCOURS

A gagner: des week-ends bien-être à Zurich

Participer maintenant

Plus d'articles